Traduction d’après le journal des soigneurs par Laurence CORNET

009 legroupesamuse

La majeure partie du mois a été dominée par la disparition de Kelelari, Karisa et Dupotto une semaine après leur déplacement à Ithumba. Kelelari avait vécu une vie sauvage durant 4 ans avant d’être secouru et apparemment appréciant son nouvel environnement et l’étendue de Tsavo, nous croyons qu’il a « enlevé » ses amis se dissipant avec lui.

Le jour de leur disparition, quelque chose a effrayé les orphelins près des palissades, les dispersant dans toutes les directions, obligeant les gardiens à les regrouper. C’est à ce moment là que les gardiens se sont rendu compte que les trois nouveaux avaient disparu. Leur recherche a immédiatement commencé, mais suite aux fortes pluies dans le secteur, Ithumba est devenu une véritable jungle et vu les conditions difficiles nous n’avons pas réussi à les repérer et les retrouver.

Notre avion et hélicoptère ont été dépêchés sur place dès le début, sans pouvoir les repérer. Nous sommes sûrs qu’ils sont vivants et que tout va bien pour eux car ils ont été vus par un membre de la Communauté qui connaît un de nos gardiens, qui voyageait à l’arrière d’un camion, se rendant de Kone vers le parc, quand il a aperçu trois jeunes éléphants dont un sans queue, à 25 km d’Ithumba. 24 H après leur repérage, il a été impossible de dépister le chemin qu’ils avaient emprunté, tant qu’il y avait de nombreuses empreintes d’éléphants sauvages. La recherche aérienne a indiqué un groupe de 16 éléphants sauvages dans le secteur, ainsi nous savons qu’ils ont été entraînés dans des troupeaux sauvages qui peuplent ce secteur grâce aux pluies exceptionnelles tombées sur Tsavo.

Cà a été et çà continue à être une période stressante pour nos gardiens qui se sentent responsables de la perte de ces orphelins et qui ont marché des centaines de miles avec l’équipe anti-braconnage à la recherche du trio. Les recherches continuent et nous espérons pouvoir les récupérer par la suite avec l’aide des ex-orphelins.

Peu de temps après l’arrivée de Kelelari, Karisa et Dupotto, nous avons déplacé un autre trio de la nurserie. Galla, Ukame et Wanjala étaient prêts à commencer l’étape suivante du processus pour leur retour vers le sauvage et ceux qui ont été sauvés dans Tsavo sont désormais de retour à la maison ! Ils se sont bien adaptés et inutile de vous dire que les gardiens ont été extrêmement vigilants et un peu paranoïaques, car Ukame a également été secouru alors qu’il était déjà grand, ayant connu une vie sauvage durant deux ans. Aussi ils ne prennent aucun risque, gardant un œil sur le trio à chaque fois qu’ils se dispersent pour brouter dans l’épaisse végétation.

Avec une pluie remplissant les points d’eau et avec une végétation abondante, les ex-orphelins du troupeau principal de Yatta sont partis pendant une période, rendant visite aux troupeaux sauvages et choisissant de se déplacer beaucoup plus loin, pouvant le faire avec de l’eau disponible dans toute la région. Ils sont revenus le 5 mai pour une courte visite et une fois de plus le 9 mai avec presque chaque membre du troupeau des ex-orphelins, y compris avec le troupeau de Makireti, Kasigau, Kilabasi et aussi celui de Narok. Pendant ces visites, près de 80 éléphants sont venus se vautrer, grands et petits, en sécurité avec leur famille humaine. Ces scènes ne cessent jamais de nous émerveiller. A la fin du mois, ils sont passés par le bain de boue afin d’apprécier une bonne baignade.

Avec cette saison des pluies, le bain de boue s’est rempli de façon considérable, par conséquent les orphelins dépendants plus petits évitent de nager dans le bain de boue principal, préférant les flaques de pluie dans lesquelles ils peuvent éclabousser d’eau l’arrière de leurs oreilles et se rouler dans la boue fraîche. Bongo est toujours l’exception, appréciant se vautrer dans le bain de boue principal à chaque occasion. Un jour cependant ce mois-ci, Olsekki, Tusuja et Enkikwe ont décidé d’expérimenter le grand bain de boue mais sont devenus nerveux par le niveau de l’eau et tous penauds ont reculé.

Narok et ses amis sont venus pour interagir avec les orphelins dépendants presque chaque jour. Bien qu’ils soient maintenant semi-indépendants des gardiens et qu’ils ne reviennent plus pour la nuit aux palissades, ils sont encore très attachés à leurs amis et à leur famille humaine et semblent préférer passer leur journée en leur compagnie. Laragai tout particulièrement reste indécise quant à rester dehors ou pas pour la nuit. Parfois elle escorte les orphelins dépendants vers la fin de l’après-midi et décide de rester dans les palissades pour la nuit. Un jour, elle est restée en dehors des palissades mais est restée dans l’enceinte jusqu’au lendemain et elle est parvenue à ouvrir la porte un peu avant l’aube pour laisser Kithaka, Barsilinga, Garzi et Lemoyian sortir de « leurs chambres » ! Les quatre mâles, qui sont toujours dépendants du lait, ne sont pas partis loin, sont restés dans l’enceinte jusqu’au matin où ils ont obtenu leurs bouteilles de lait à 6 H du matin.

Les orphelins d’Ithumba sont vigoureux et grandissent rapidement à une exception, Kauro. Il ne s’est pas vraiment épanoui depuis son arrivée à Ithumba en compagnie de Tusuja et Naseku le dernier jour de 2016, et en dépit de symptômes extrêmement subtils, ceux d’entre nous qui le connaissent bien, ont vu des signes révélateurs, pas simplement physiques mais aussi dans son humeur générale. Ainsi vers la fin du mois, Angela Sheldrick a pris la décision proactive de faire revenir Kauro à la nurserie, là où il pourrait être soigneusement observé, avoir des soins médicaux et des prises de sang. Il est arrivé à la nurserie le 28 mai, et s’est bien souvenu, « embrassant » ses vieux amis et reprenant la routine habituelle de la nurserie !

028 MakenaMakena029 BarsilingaBarsilinga035 petitKamaetNanniebébé Kama avec les NanniesNgasha et SogoteiNgasha et Sogetei

Plus des Photos sur facebook